10 + 1 chantiers de la Région Occitanie/Pyrénées-Méditerranée

La Région Occitanie/Pyrénées-Méditerranée trace la « feuille de route ferroviaire » jusqu’en 2030.

Près de 21 millions de passagers par an empruntent les trains régionaux, 60 % de plus qu’en 2002. D’ici 2021, la Région va engager 4 milliards d’euros sur le transport ferroviaire : 2,5 en fonctionnement et 1,5 en investissement. La Région va notamment acheter, pour 180 M€, 18 rames Regio2N plus grandes et performantes, livrées entre 2017 et 2019. Elle va aussi investir 60 M€ jusqu’en 2021 pour l’accessibilité des gares et 75 M€ pour des pôles d’échanges multimodaux (44 projets déjà recensés).

La Région a dévoilé mercredi 14 décembre ses priorités pour le rail : 10 grands chantiers vont améliorer et renforcer l’offre des trains du quotidien - empruntés par 21 millions de voyageurs par an - soutenir la grande vitesse et le fret. « Une forte attente s’est exprimée sur l’amélioration du service TER », a souligné Carole Delga. La Région intégrera ses exigences de ponctualité, de fréquence, de services en gares et à bord des trains, d’information des voyageurs dans une nouvelle convention TER avec la Sncf, qui sera applicable au 1er juillet 2017. Une gamme de tarifs harmonisée à l’échelle régionale, simple et accessible, sera mise en place en septembre 2017.

La feuille de route se décline en dix chantiers énumérés mercredi 14 décembre 2016, lors de la restitution publique des États généraux du rail et de l’intermodalité.

1. L’amélioration du service TER

2. L’harmonisation de la tarification et le billet intermodal

3. La sauvegarde des lignes ferroviaires et l’adaptation de l’offre TER

4. La mise en accessibilité des services ferroviaires et routiers

5. L’arrimage de la région à la Grande vitesse

6. L’intégration et le redéploiement des services autocars et transports à la demande (TAD), dans une logique intermodale.

7. La multiplication des Pôles d’échanges multimodaux (PEM)

8. L’avenir des trains d’équilibre du territoire (TET)

9. La relance du fret ferroviaire

10. La poursuite de la concertation et des relations partenariales

Le 11ème grand chantier qui est transversal aux 10 autres est celui de l’innovation. A ce titre, Mipirail souhaite contribuer à cette feuille de route ambitieuse en proposant des projets emblématiques à l’échelle internationale, basés sur le savoir-faire régional. En effet, dans la continuité des actions menées en interclustering avec Robotics Place et Automotech, Mipirail travaille à identifier des projets innovants sur la gare du futur, le service aux usagers et l’intermodalité, la logistique assistée et les nouvelles énergies.

Pour la Région Occitanie/Pyrénées-Méditerranée, il est indispensable d’écouter avant de décider d’une nouvelle politique : écouter très largement les concitoyens, les élus locaux, les syndicats de cheminots, les associations d’usagers, les partenaires financeurs, l’État, la SNCF. A ce titre, les États généraux du rail et de l’intermodalité (EGRIM) sont un engagement fort pour instaurer un dialogue sur le long terme. Mipirail qui a pour vocation de consolider l’emploi industriel régional dans le domaine ferroviaire doit impérativement s’inscrire dans ce dialogue. Ce plan offre l’opportunité de travailler sur les solutions innovantes basées sur les attentes concrètes des usagers, d’affirmer la spécialisation industrielle du tissu régional par des projets « vitrine » et de renforcer la valeur ajoutée de l’offre régionale à l’export. Un rendez-vous que le cluster ne doit pas manquer…

En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.